header banner
Default

Instagram et Facebook : bientôt des abonnements payants pour éviter les publicités?


Le groupe Meta serait en train de réfléchir à la mise en place d'une formule par abonnement payant, sans publicités, entre 10 et près de 20 euros.

Instagram et Facebook, bientôt sans pub ciblée, mais payants ?
Instagram et Facebook, bientôt sans pub ciblée, mais payants ? Meta y réfléchirait sérieusement.(©wichayada / Adobe Stock)

A l’instar de X (ex Twitter), la gratuité sur les réseaux sociaux, c’est peut-être en train de devenir de l’histoire ancienne. Et c’est au tour de Meta, maison mère de Facebook et Instagram (également propriétaire de WhatsApp), de se pencher sérieusement sur la question. 

Selon le Wall Street Journal, relayé par plusieurs médias français, un abonnement mensuel payant pourrait bientôt être proposé aux utilisateurs des deux réseaux sociaux historiques, au sein de l’Union européenne, et donc aussi en France. Non pas pour profiter de son compte et de tous ses services, mais plutôt pour supprimer les publicités qui peuvent polluer le fil des utilisateurs.

Mark Zuckerberg, le patron de Meta avait déjà annoncé en février dernier le lancement de « Meta Verified », un abonnement payant pour authentifier son compte sur les plateformes.

Près de 20 euros pour supprimer les publicités de ses comptes Facebook et Instagram

VIDEO: Facebook et Instagram bientôt payants : êtes-vous prêt à payer ?
TF1 INFO

Concrètement, pour supprimer la publicité sur Facebook et Instagram, il faudra s’abonner à une formule spécifique, le programme SNA (subscription no ads).

Cet abonnement sans pub pourrait être proposé autour de 10 euros par mois, selon nos confrères américains, pour un compte en version desktop (Facebook ou Instagram).

Pour chaque compte supplémentaire, il faut rajouter 6 euros (16 euros pour aucune pub sur Facebook et Instagram par exemple). 

Et si ces abonnements sont souscrits depuis un téléphone, via l’application, l’abonnement pour un compte passe à 13 euros par mois (et donc 19 euros pour deux comptes via les applis). Ceci pour prendre en compte les taxes appliquées par les magasins d’applications d’Apple et Google. 

Vidéos : en ce moment sur Actu

Contacté par actu.fr, un porte-parole du groupe Meta ne nous confirme pas ces tarifs, mais nous rappelle que le groupe « croit en la valeur des services gratuits soutenus par des publicités personnalisées. Toutefois, nous continuons d’étudier les possibilités de nous conformer à l’évolution des exigences réglementaires. »

La conséquence d’une décision européenne

VIDEO: Facebook et Instagram bientôt payants ?
HugoDécrypte - Actus du jour

Car si ce type d’abonnement payant est sur la table, c’est parce que des règles sévères s’appliquent en Europe concernant la collecte des données de l’utilisateur. Meta a ainsi écopé en début d’année d’une lourde amende de 1,2 milliard d’euros, pour avoir enfreint les règles du RGPD (Règlement général sur la protection des données).

Et la nouvelle réglementation européenne, le DMA, a enfoncé le clou et imposé un certain nombre de restrictions chez les plateformes. Parmi elles, l’interdiction de « réutiliser les données personnelles d’un utilisateur à des fins de publicité ciblée, sans son consentement explicite »

Et les plateformes, dont Meta, doivent se mettre en conformité, sous peine d’amende, d’ici le 6 mars 2024.

Résignée, la firme américaine a annoncé cet été dans un communiqué son intention de demander leur consentement à ses usagers basés dans l’Union européenne (UE). Tout en réfutant tout impact pour les services.

Il n'y a pas d'impact immédiat sur nos services dans la région. Une fois ce changement mis en place, les annonceurs pourront toujours mener des campagnes publicitaires personnalisées afin d'atteindre des clients potentiels et de développer leurs activités.

Mais les pubs personnalisées, ça rapporte

VIDEO: Voici ce que cache vraiment l'abonnement payant de Facebook et Instagram
BFM Business

Problème, les publicités personnalisées sont l’une des principales sources de revenus de Meta. Aussi, la firme a fait les calculs. Ok pour respecter la législation européenne et rassurer les régulateurs, mais pas au détriment des revenus. Par conséquent, si l’utilisateur ne veut plus être ciblé, il devra sans doute passer à la caisse.

Pour le moment, cette proposition, « décrite auprès des régulateurs européens durant le mois de septembre », selon le journal économique, doit encore être étudiée par le régulateur européen, notamment à propos des prix proposés. Avant une décision officielle de la part de Meta.

La mise en place d’un tel abonnement payant pourrait en tout cas être décidée d’ici à ces prochains mois, avant la date butoir du 6 mars 2024. « Nous n’avons rien d’autre à partager pour le moment », conclut simplement auprès d’actu.fr un porte-parole de la société Meta.

À noter que TikTok pourrait également se lancer dans le même type de dispositif, selon le média américain The Verge.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

Sources


Article information

Author: Sydney Guzman

Last Updated: 1703612041

Views: 633

Rating: 3.7 / 5 (30 voted)

Reviews: 84% of readers found this page helpful

Author information

Name: Sydney Guzman

Birthday: 1997-08-13

Address: 484 Amber Cove, New Thomasfort, OK 88230

Phone: +4172350855992385

Job: Drone Pilot

Hobby: Aquarium Keeping, Arduino, Whiskey Distilling, Juggling, Painting, Running, Board Games

Introduction: My name is Sydney Guzman, I am a Adventurous, exquisite, steadfast, unswerving, courageous, strong-willed, Precious person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.